Un nouveau plan d’urbanisme pour Hampstead

2016-06-02

Le dernier plan d’urbanisme pour Hampstead dans son ensemble date de 2005, alors que nous faisions partie de l’arrondissement de Côte Saint-Luc/ Hampstead/Montréal-Ouest. Quelques petites mises à jour ont été apportées au plan depuis ce temps, mais c’est la première fois que nous réécrivons le plan en entier. Toutes les villes de la grande région de Montréal sont tenues de produire un nouveau plan d’urbanisme conforme aux orientations du nouveau plan directeur qui a été adopté par Montréal et Québec. Nous profitons également de l’occasion pour mettre à jour nos règlements d’urbanismes afin de les simplifier et de les clarifier, d’éliminer les incohérences et d’intégrer les changements qui permettront de préserver et de rehausser le caractère et l’attrait naturel de notre cité-jardin. D’ici la fin de l’année, nous devrions obtenir les approbations définitives de notre plan de la part de Québec et de l’agglomération de Montréal.

Une vision historique inchangée

La vision d’ensemble de Hampstead en tant que cité-jardin entièrement résidentielle demeure intacte. L’embellissement des espaces verts et des parcs se poursuivra, comme ce fut le cas au cours des dernières années. Depuis la fondation de notre ville, il y a plus de cent ans, ces valeurs demeurent la marque distinctive de Hampstead – une oasis de paix et de tranquillité dans une métropole dynamique et bourdonnante d’activités.

Le nouveau plan a été élaboré au cours des 18 derniers mois, avec l’aide d’un consultant externe et de personnel temporaire supplémentaire en planification urbaine. Plusieurs centaines de pages de nos vieux règlements, dont beaucoup de sections n’avaient pas été touchées depuis des décennies, ont donc été révisées.

Une zone sur Dufferin et une autre sur Holtham ont été subdivisées en deux zones chacune, afin de mieux tenir compte de l’environnement bâti. Cela permettra de légaliser les marges de recul existantes, qui, dans la moitié des cas, ne respectaient pas les règles actuelles concernant les marges de recul. Comme les résidences ont été construites il y a plusieurs dizaines d’années, nous ignorons comment cette situation est apparue, mais avec les nouvelles zones les résidants n’auront plus à demander de dérogation mineure au moment de vendre leur résidence.

Beaucoup de nos nouveaux règlements comprennent maintenant des tableaux et des illustrations. Par exemple, dans le règlement de zonage, chaque zone est présentée sur une page séparée avec une carte et un tableau où l’on trouve toute l’information nécessaire. L’ancien règlement comptait pour chaque zone des pages et des pages de jargon juridique difficile à comprendre, et l’information n’était pas regroupée à un seul endroit.

Nous avons aussi trouvé un grand nombre de discordances entre les textes anglais et français. Et comme certains règlements avaient été modifiés plusieurs fois au fil du temps, il fallait pour les comprendre partir du dernier amendement, retourner à l’original et consulter tous les amendements précédents. Tout a maintenant été consolidé.

Les propriétaires, les constructeurs et leurs architectes trouveront les nouveaux règlements beaucoup plus faciles à consulter, ce qui devrait réduire les erreurs et les corrections coûteuses.

L’application des règlements

Il y a beaucoup de construction en ce moment à Hampstead. La plupart des résidants agissent de façon responsable et se procurent un permis. Ils respectent nos règlements et les conditions associées aux permis. Malheureusement, une petite minorité tente parfois de profiter du système. Certains soumettent des plans et construisent quelque chose de différent. S’ils se font prendre, ils demandent une dérogation mineure. Mais ça ne fonctionne pas. Premièrement, toutes les situations ne sont pas admissibles pour une dérogation mineure, et deuxièmement, le conseil n’accordera pas la dérogation si nous croyons que l’erreur n’est pas de bonne foi. En ce moment, nous avons trois cas de ce genre. Un des propriétaires devra payer les amendes et corriger les erreurs, ce qui lui coûtera au moins 30 000 $. Dans un autre cas, nous nous adressons à la Cour pour faire respecter les règles. La dérogation mineure a déjà été refusée et le propriétaire devra débourser des dizaines de milliers de dollars pour rectifier la situation. S’il vous plaît, respectez nos règlements. Cela vous fera épargner du temps, de l’argent et bien des frustrations.

Si vous avez des commentaires ou des questions à ce sujet ou sur quoi que ce soit d’autre concernant Hampstead, envoyez-moi un courriel à wsteinberg@hampstead.qc.ca ou téléphonez-moi à mon bureau à la maison au (514) 483 6954, et ce, jusqu’à minuit tous les jours.


Cordialement,


Dr. Bill Steinberg
Maire, Ville de Hampstead